Accueil > Christianisme > Église Unie du Canada > Organisation et gestion du clergé

Organisation et gestion du clergé

lundi 29 octobre 2018, par Eliaqim

L’Église Unie voit Jésus-Christ comme le chef suprême de l’Église. La gouvernance de L’Église Unie du Canada est conciliaire, ainsi, sa constitution hiérarchique appartient aux conseils qui se complètent pour ce qui est des dispositions régissant l’Église. La détermination de la doctrine et des politiques est la responsabilité du Conseil général, la désignation des ministères est mise en place au moyen des Conférences, la responsabilisation des ministères incombe aux Consistoires, et la Session (ou toute cour paroissiale équivalente) a la responsabilité de surveiller l’administration des sacrements.

  • Le Conseil général, c’est-à-dire l’instance administrative la plus élevée, est composé de représentants des Conférences (environ 400 personnes élues au cours des assemblées annuelles de la Conférence) et ses membres se réunissent tous les trois ans. Entre ces réunions, un comité exécutif et un sous-comité exécutif agissent pour le compte du Conseil général.
  • Les Conférences sont composées des représentants des Consistoires. Douze conférences géographiques et une conférence non géographique sont au service des paroisses des Premières nations dans l’ensemble de l’Église.
  • Le Consistoire est un regroupement de charges pastorales dans une région donnée. Des délégués laïques et ordonnés sont nommés par les paroisses et ont comme mandat de surveiller le travail des Consistoires.
  • La Session ou Conseil est l’organisation responsable de la surveillance du ministère de la paroisse à l’échelle locale.

Il y a un ministère ordonné de la parole, du sacrement et du service de la pastorale ainsi qu’un ministère diaconal de l’éducation, de services et du service de la pastorale. L’Église nomme aussi des laïques pour des ministères spécialisés au sein de la communauté chrétienne.

L’Église Unie du Canada accueille tous ceux qui désirent suivre Jésus, sans égard à l’âge, à la race, à la classe sociale, au sexe, à l’orientation sexuelle ou à la capacité physique de l’intéressé. Tous les membres sont admissibles à la nomination à un ministère ou à d’autres postes de leadership au sein de l’Église.