Accueil > Judaisme > Organisation et gestion du clergé

Organisation et gestion du clergé

mercredi 19 septembre 2018, par Eliaqim

Au Canada, il existe quatre grandes divisions du judaïsme : orthodoxe, conservateur, réformiste et reconstructionniste. Voici une brève description de chacune de ces divisions et de la façon dont ces confessions se différencient l’une de l’autre.

Judaïsme réformiste

  • Reconnaît que la religion juive devrait continuer à changer, à évoluer et à s’adapter au fil des siècles, tout en reconnaissant continuellement l’histoire du judaïsme et ses principes.
  • Reconnaît l’autonomie de chaque personne, qui peut ainsi décider des croyances et des pratiques particulières auxquelles elle veut adhérer.
  • Se consacre à l’amélioration du monde.
  • Accepte et encourage le pluralisme, mais fait toujours partie de la communauté internationale juive.
  • Peut faire usage de prières en anglais plutôt qu’en hébreux.

Judaïsme conservateur
Les objectifs de la United Synagogue of Conservative Judaism sont établis comme suit dans le préambule de sa constitution : [TRADUCTION] « L’avancement de la cause du judaïsme en Amérique et le maintien de la tradition juive dans sa continuité historique ; l’affirmation et l’établissement d’une loyauté envers la Torah selon son exposition historique ; l’amélioration de l’observance du sabbat et du code alimentaire ; la conservation dans les offices du culte de la référence au passé d’Israël et à l’espoir de sa restauration ; le maintien du caractère traditionnel de la liturgie en utilisant l’hébreu comme langue de prière ; le parrainage des écoles religieuses juives dont le programme accordera une place importante à l’étude de la langue et de la littérature hébraïques. »

Selon la United Synagogue of Conservative Judaism, le juif conservateur idéal se décrit de la façon suivante.

  • Il soutient une synagogue conservatrice en participant aux activités qui y sont organisées.
  • Il étudie un minimum d’une heure par semaine.
  • Il modèle son comportement selon les valeurs juives apprises, même lorsqu’elles sont en conflit avec ses sentiments ou ses opinions personnelles.
  • Il augmente sa vie personnelle juive par engagement et à la suite de méditation en ajoutant un minimum de trois nouveaux mitsvoth par année (les mitsvoth constituent le 613e commandements de D..u, selon la compilation de l’érudit de la période médiévale, soit Maïmonide).
  • Il utilise les valeurs du tikun olam (le concept selon lequel l’on peut améliorer le monde par l’action sociale) afin de participer à l’amélioration continuelle du monde.
  • Il ne prend de décision en ce qui concerne le comportement juif qu’après avoir examiné les conséquences de ces décisions sur le Klal Yisrael (l’unité du peuple d’Israël).
  • Il resserre les liens et les relations avec Israël.
  • Il étudie afin de mieux connaître la langue hébraïque.

Source : http://www.uscj.org — Site Web de la United Synagogue of Conservative Judaism.

Judaïsme orthodoxe

  • Les enseignements bibliques et rabbiniques sont appliqués chaque jour.
  • Le sabbat est rigoureusement observé.
  • Les hommes et les femmes s’habillent avec décence et se couvrent la tête.
  • On ne mange que des aliments casher.

Judaïsme reconstructionniste

  • Le judaïsme est défini par la Jewish Reconstructionist Federation comme étant l’évolution de la civilisation religieuse du peuple juif, plutôt que comme une révélation totale et immuable de D..u à Moïse (la Torah).
  • Les reconstructionnistes cherchent à poursuivre l’évolution afin de s’assurer que la religion demeure à jamais une tradition dynamique.
  • Le peuple juif comprend tous les juifs, qu’ils le soient de naissance ou par choix.
  • Les reconstructionnistes appuient une société ouverte et démocratique et un style de vie laïc. Selon eux, il s’agit du moyen le plus efficace d’assurer la survie et l’évolution des idéaux juifs.
  • Le comportement religieux traditionnel, lorsqu’il n’est pas accompagné des normes éthiques les plus élevées, est considéré comme une profanation du judaïsme.
  • Les reconstructionnistes préconisent un engagement solide envers la tradition et la quête d’une interprétation contemporaine.
  • Pour les reconstructionnistes, la communauté religieuse occupe une place importante dans l’établissement du modèle personnel de respect des traditions religieuses.

Structure rabbinique

  • Les congrégations et les institutions juives sont dirigées par un rabbin (mot hébreu qui signifie « mon maître ») dont le rôle est devenu semblable à celui des prêtres et des ministres chrétiens.
  • Les congrégations nomment des rabbins à titre de dirigeants religieux et d’enseignants.
  • Les rabbins se réunissent en conseils afin de prendre des décisions en ce qui concerne des questions importantes liées à la religion et afin de s’occuper de l’administration interne.
  • Les grands rabbins en Israël, un pour les communautés ashkénazes (européennes) et un pour les communautés séfarades (orientales), sont considérés par bon nombre de personnes comme les arbitres suprêmes en ce qui concerne les questions relatives à la foi.